Ce spectacle, léger de prime abord, présente en réalité le monde des enfants et la notion de genre. Qui sont-ils ? Une femme ? Un homme ? Un enfant ? D’ailleurs, comment différencie-t-on une femme d’un homme puisque l’habit ne fait pas le moine?

Par le biais du spectacle La Femme Chaussette présente un spectacle où enfants et adultes n’y verront pas la même lecture. Elle a souhaité dans une première partie de numéro utiliser une musique d’Emily Loizeau en duo avec Saul Williams: Eaux sombres. Cette première partie plutôt calme entraine le corps au lâché prise, à la danse, à l’apaisement, à la réflexion.

En seconde partie, la musique (toujours d’Emily Loizeau) démarre elle est plus joyeuse, insouciante. Un enfant, une cour d’école, une marelle les images défilent. Chaussette n’a plus d’âge, elle joue simplement avec son poney, avec les gens, avec elle-même. Le public se laisse envouter par le son du tambourin, amusé par les mimiques du poney et de Chaussette.

La danse, expression du corps est au cœur de ce numéro poétique et un poil humoristique !

Travail à pied, danse, figures de cirque.

Environ 8 minutes.

Pour anecdote, ce numéro a été créé a l’occasion du Jumping International de Blaye en juillet 2018. Il a été réalisé la même année au Festival de la Création Equestre Equestria à Tarbes et a été adoré par le public! Djazz avait seulement 4 ans pour ces premières représentations: un vrai petit génie. En effet, ce dernier est toujours motivé, appliqué, joueur il propose des choses et a beaucoup de charisme.

 

Galerie du numéro « Drôle de genre » spectacle idéal pour les enfants:

“La plus grande des sagesses est toujours De rester enfant jusque dans ses vieux jours.”

Poney enfant sur son plot

 

Roulade sur le dos spectacle enfant

Crédit photos Julie Warnier

 

Djazz sur le plot nuage

Photo Anais Levé

Retrouvez d’autres numéros avec Djazz

La Fleuriste Artiste

Mobilo Branco

Minuscule

Commentaire (1)

  • Valérie PALMOURIES| 31 août 2019

    J’ai vu ce spectacle, mais je ne sais plus à quel endroit, j’ai moins aimé celui ci, pourquoi ? Je ne saurais dire, je ne m’y suis pas retrouvé, cependant j’ai été séduite par Djazz alors rien que pour le voir donner ce qu’il donne fait un peu oublier le reste….
    Et même si j’ai moins accrochée je reste tout de même admirative et respectueuse du travail de création de ce spectacle

  • Répondre

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *